La maison des mensonges (Ian Rankin)

Le corps d’un détective privé, porté disparu en 2006, est découvert dans une voiture cachée dans la forêt près d’Édimbourg. Un comble pour sa famille et pour la police locale car cette région avait à priori déjà été fouillée par les officiers à l’époque. L’inspecteur Siobhan Clarke reprend l’enquête et se voit obligée d’examiner les nombreuses erreurs commises par ses prédécesseurs. Les rumeurs d’incompétence et de corruption courent depuis toujours et à présent, plus de dix ans après, il est temps de découvrir la vérité. Tous les officiers en poste à l’époque sont interrogés et il s’avère que tout le monde a quelque chose à cacher. Même John Rebus…

 

Une enquête complexe à suivre attentivement

 

Il ne faut clairement pas être dérangé pour lire ce livre, et même, ne pas hésiter à prendre des notes. Car l'enquête (ou plutôt LES enquêtes, puisqu'il y en deux) n'a rien de simple.

Pour commencer, c'est un cold case, en ce sens que le meurtre s'est produit douze ans plus tôt. Et l'enquête de l'époque a été un joyeux ratage, sans parler des diverses magouilles pour protéger telle ou telle personne. Forcément, toutes ces petites choses vont impacter l'enquête actuelle, sans même parle du fait que Siobhan Clarke a l'Anticorruption sur le dos, car deux de ses membres sont bien décidés à la faire tomber.

Ce qui nous amène à la deuxième enquête, qui concerne une enquête de Siobhan pour meurtre, menée quelques mois plus tôt, et dont les conclusions ne semblent pas satisfaire tout le monde. Enquête que John va reprendre pour elle, tout en devant faire face aux erreurs qu'il a commises douze ans plus tôt.

Et nous, lecteurs, nous retrouvons avec une histoire très bien travaillée, avec des personnages très crédibles. Aucun n'est tout à fait blanc ou tout à fait noir (malfrats y compris), ils ont tous quelque chose à cacher.

Mon seul regret est de ne pas avoir eu la réaction de la famille de Stuart Bloom. Pourtant très présente tout au long du livre, puisqu'en douze ans, ils n'ont jamais abandonné l'espoir de savoir la vérité, à la fin, ils sont passés sous silence, et j'ai trouvé ça un peu dommage. De même, j'aurais aimé connaître la réaction de Derek, qui était à l'époque le petit ami de Stuart. Mais il n'en reste pas moins qu'il s'agit d'une très bonne lecture, qui met en lumière le fonctionnement de la police écossaise, avec ses failles et ses points forts.

#LaMaisonDesMensonges

#NetGalleyFrance

Lien Amazon :