Malamorte (Antoine Albertini)

«  C’est sur mon bureau qu’échouent les dossiers dont personne ne veut, les cadavres qui ne feraient pas lever un sourcil à un gratte-papier des chiens écrasés, les victimes anonymes des crimes d’après boire, les vies gâchées pour rien, les destins lacérés des assassins et de leurs victimes confondus dans la même misère, dans la came, dans le vice, dans les jalousies morbides carbonisant des générations entières au fond d’un taudis en bordure de la Nationale.  »
Ce bureau, c’est un cagibi, un placard dans une aile à moitié désaffectée du commissariat de Bastia, où ce policier corse a échoué, après la critique de trop contre ses supérieurs, la bagarre de trop avec ses collègues. Pourtant sa carrière dans la police avait bien démarré  : 7 ans dans la banlieue parisienne à la brigade des stups puis une mutation à la police judiciaire de Bastia la ville où il a grandi. Mais très vite, il a été déçu, écœuré par les ordres des chefs, les affaires oubliées volontairement, les arrestations arbitraires, la corruption, les magouilles quotidiennes. Il travaille seul à présent, sur des affaires mineures en apparence. Comme celles du meurtre d’Hakima, 5 ans et de sa mère Khadija. Ce policier va chercher partout le coupable, comme il cherche partout la vérité .Une enquête, le temps d’un été pluvieux. Le portrait d’une île loin des clichés et des visions de carte postale où se croisent élus, voyous, braqueurs et assassins, travailleurs immigrés, continentaux en mal d’une existence qu’ils espèrent plus douce. Le policier sillone la ville : des bars pourris aux  lotissements à des kilomètres de la mer, des bidonvilles installés près des autoroutes aux  villas des beaux quartiers. Il ne cessera jamais de chercher.

 

Une Corse loin des cartes postales...

On est loin des cartes postales dans ce thriller noir à l'humour cynique et grinçant. On plonge plutôt dans les bas-fonds corses, et c'est glauque, très glauque, avec un anti-héros désabusé et alcoolique, et pourtant attachant, car malgré tout, il croit encore en son travail, et s'acharne à découvrir la vérité au lieu de suivre la voie de la facilité comme "on" voudrait qu'il le fasse.

Mais non, il préfère fouiller, chercher, mettre au jour la vérité, et ce faisant, donner des coups de pied dans la fourmilière, au milieu du laxisme, des pots de vin, de la politique, des nationalistes, du racisme... Il a été mis au placard, mais il y croit encore, et au milieu de toute cette débâcle, son obstination fait chaud au cœur, car on se dit que quelque part, en dépit de tout, il reste l'espoir que justice soit faite.

#Malamorte

#NetGalleyFrance

Lien Amazon :