Sauvages tome 1 : le dernier loup (Maria Vale)

Si je rejoins ma meute, je condamne l'étranger à mourir. Mais si je reste avec lui... je fais le pari que ce métamorphe et moi sommes assez forts pour l'emporter.

Reléguée tout en bas de la hiérarchie de la meute, Silver Nilsdottir n'a aucun espoir de voir sa vie s'améliorer, et encore moins de faire alliance avec un compagnon digne d'intérêt.

Jusqu'au jour où un étranger grièvement blessé fait irruption sur les terres de la meute. Silver saisit cette chance, en risquant le tout pour le tout. Sauf que Tiberius Leveraux est plus complexe qu'il n'y paraît et menace de faire basculer le fragile équilibre entre l'instinct sauvage des loups et l'ordre très strict de la meute...

 

Une belle découverte

J'ai eu un petit peu de mal à entrer dans l'histoire, mais une fois que le contexte s'est mis en place, grâce au récit de Silver et aux explications qu'elle donne à Tiberius, j'ai pu plonger dans l'histoire (l'histoire des échelons, par exemple, arrive à mon sens un peu tard).
Et quelle histoire...
Excepté le fait que les loups doivent se transformer durant les trois jours de la pleine lune, qui est presque récurrent dans toutes les histoires de loups-garous (je dis bien "presque" ; il y en a où ce n'est pas le cas !!), on a ici une meute qui est plus loup qu'humaine, et qui agit davantage en prédateur et en animal sauvage qu'autre chose. Ils se montrent donc sans pitié envers les plus faibles, violents, sans concessions, férocement protecteurs envers les louveteaux (qui commencent d'ailleurs leur vie sous forme lupine), et réfléchissent avant tout comme des loups.
L'histoire elle-même est plus classique : une louve faible car estropiée, un métamorphe (attention, un métamorphe, c'est différent d'un loup-garou : il n'a pas les mêmes origines et ne vit pas selon les règles de la meute), des tensions, des rancoeurs, des rancunes, un amour qui naît là où on ne l'attendait pas, des moments de tristesse, de joie, le tout dans cet univers aux règles sauvages..

Lien Amazon :