Barracoon : l'histoire du dernier esclave américain (Zora Neale Hurston)

Barracoon désigne les bâtiments utilisés pour le confinement des Africains destinés à être vendus et exportés vers l’Europe et les Amériques. Ces bâtiments allaient du modeste « abri à esclaves » aux imposantes « maisons d’esclaves » ou « châteaux d’esclaves ». Les captifs y restaient souvent confinés pendant des mois entiers.
En 1927, la jeune anthropologue Zora Neale Hurston, qui va devenir l’une des plus grandes écrivaines noires du XXe siècle part rencontrer en Alabama Cudjo Lewis. A 86 ans, Cudjo est l’ultime survivant du dernier convoi négrier qui a quitté les côtes du Dahomey pour l’Amérique. Pendant des mois, Zora va recueillir sa parole, devenir son amie, partager ses souffrances et des fiertés. Le témoignage de Cudjo restitue comme nul autre la condition, la vie d’un esclave  : de sa capture en 1859 par un village voisin à sa terrifiante traversée, de ses années d’esclavage jusqu’à la guerre de sécession, jusqu’à son combat pour son émancipation.
Un témoignage unique d’une sincérité et d’une précision bouleversante.

 

Un témoignage émouvant.

 

Impossible de ne pas être ému devant ce témoignage, celui du dernier esclave arraché à sa terre d'Afrique. Suite à une guerre tribale qui a décimé les siens, Cudjo Lewis va connaître ce que personne ne devrait connaître. Son récit, à la fois pudique et empli d'une nostalgie qui ne le quittera jamais, évoque l'Afrique et ses traditions (pas toujours jolies-jolies, ceci dit... Tout le monde ne le sait pas, mais la traite des Noirs a eu lieu à une telle échelle parce que des tribus noires vendaient des membres d'autres tribus noires), avant de passer à ce jour qui a bouleversé sa vie, et l'a conduit à traverser l'Atlantique dans un navire négrier. Cudjo a été esclave cinq ans et demi et a eu la "chance" de ne pas avoir un maître trop dur, mais jamais il n'a réalisé son rêve : retourner chez lui, en Afrique. Durant tout le récit, il parle avec ses propres mots - l'auteur s'est attachée à conserver ses termes et sa manière de parler -, et dans chacun d'eux, on sent à quel point sa terre natale lui manque, même s'il a passé presque toute sa vie en Amérique. Il parle du voyage, de son travail en tant qu'esclave, du mépris que les Noirs nés sur le sol américain manifeste envers ceux venus d'Afrique, de sa femme, de ses enfants (en particulier ses fils, réputés comme étant bagarreurs, mais quand on écoute leur père, on comprend que les choses ne sont pas aussi simples), de l'Afrique, encore, que, faute de retrouver, il recrée sur le sol américain avec d'autres exilés comme lui.

C'est l'histoire d'un homme qui ne s'est jamais senti chez lui nulle part, d'un homme dont le coeur a saigné toute sa vie, mais qui a toujours gardé sa fierté.

Mais c'est aussi celle d'une femme, une anthropologue noire qui va tout faire pour que l'histoire de Cudjo ne se perde pas et soit un jour publié.

Indispensable à lire pour tous ceux s'intéressant à ce sujet.

#BarracoonLhistoireDuDernierEsclaveAméricain

#NetGalleyFrance

Lien Amazon :