L'interdit (Mathias P. Sagan)

« Finalement, plus tard, au moment de me coucher, je réalise que nous n’aurons jamais une relation père-fils telle que définie par la société, mais que nous pouvons apprendre à nous connaître et nous respecter. »Vincent. Julien.Deux parfaits étrangers que le destin a séparés et qu’il réunit de nouveau. Deux hommes que tout semble opposer. Pas si différents. Pas si indifférents.Une relation au-delà des normes.Où commence et finit l’Amour, au regard de la Loi, de la Morale ?

 

Qu’est-ce que la morale ?

Un livre dont le sujet va forcément déranger. L’auteur a pris le risque de se faire huer par des personnes qui ne liront même pas son livre avant d’émettre un « jugement ». J’avoue d’ailleurs avoir beaucoup hésité avant de le lire, mais ma curiosité a été la plus forte… Je ne voulais juste pas clamer « c’est immoral » sans avoir lu. Occulter des faits qui peuvent parfaitement arriver dans la vraie vie est trop simple, trop facile, et parfaitement lâche.

Car ici, la première question à se poser est : « Qu’est-ce qu’un père ? ». Le donneur de sperme, ou celui qui élève l’enfant, se lève la nuit quand il est malade, accompagne ses premiers pas, puis son enfance, son adolescence… (au passage, la question est aussi valable pour une mère, même si porter un enfant pendant 9 mois change quelque peu la donne) ? En ce qui me concerne, j’estime que donner un spermatozoïde ne suffit pas, et donc, à ce titre, Vincent n’est pas un père pour Julien. Il ne s’est jamais vraiment occupé de lui. D’ailleurs, il n’est pas très famille, et n’est proche ni de ses parents ni de son frère ni de sa sœur.

Quant à Julien, c’est un autre homme qu’il appelle « papa ». Vincent ne représente pas grand-chose pour lui.

On a donc deux hommes qui, s’ils sont unis par les liens du sang, ne se connaissent en réalité pas du tout. Deux étrangers qui se rencontrent et se plaisent. Tout aurait été simple s’ils n’avaient pas été père et fils. Seulement, voilà, ils le sont. Et le fait que ce soit Julien qui ait pris les devants et qui ait poussé son père dans ses retranchements ne change rien. Pour la société, Vincent est le père incestueux qui abuse de son fils.

Sauf qu’ils sont tous les deux majeurs, consentants, et que pénalement, ils n’encourent aucune sanction. Mais les sanctions de la morale sont sans doute pires que celles de la loi, et Julien et Vincent devront y faire face.

Toute la question étant de savoir s’ils le pourront…

Car ils vont rencontrer bien des gens : certains feront l’effort de comprendre (ou tout au moins d’essayer), d’autres non, la palme de ses personnages secondaires revenant pour moi à Madeleine, la voisine de l’étage au-dessus, qui va drôlement en remontrer au couple, et lui prouver au passage que juger les gens trop vite, c’est mal.

Je terminerai sur cette réflexion sur ce livre qui a été au final un coup de coeur, et qui, je le pense, plairait à ladite Madeleine :

Finalement, qu’est-ce que la morale, sinon un ensemble de notions qui changent selon les pays et les époques… ?

 

Lien Amazon :