Le fleuve de la liberté (Martha Conway)

1830. Ayant échoué seule et sans le sou sur les rives de l’Ohio, la jeune May trouve un travail de couturière sur le célèbre théâtre flottant qui descend chaque année la rivière. Sa créativité et son talent avec une aiguille y deviennent vite indispensables, et elle s’habitue peu à peu à sa nouvelle vie au sein de la troupe haute en couleur.
Mais longer la riviere qui sépare le sud confédéré et le nord «  libre  » n’est pas sans danger. Parce qu’elle a contracté une dette, May se voit obligée de faire traverser la frontière à des passagers clandestins, enfants d’esclaves, sous le couvert de la nuit. Ses secrets deviennent de plus en plus difficiles à garder, jusqu’au jour où elle doit mettre en péril ceux qui lui sont désormais chers. Pour sauver des vies, il lui faudra risquer la sienne…
Une héroïne inoubliable aussi drôle que romanesque, une époque tourmentée à l’époque de la guerre civile, une navigation dangereuse sur la riviere Ohio, tout cela fait du theatre flottant un superbe roman historique.

 

J'ai lu ce livre avec grand plaisir. Grâce à lui, j'ai découvert l'existence des théâtres flottants, mais aussi la manière dont les abolitionnistes agissaient pour faire passer des esclaves au Nord (où, ceci dit, ils n'étaient pas forcément bien accueillis, comme en témoigne l'une des scènes du livre...), l'Ohio ayant la particularité de séparer le Nord et le Sud : selon la rive sur laquelle on accoste, on est donc soit au Nord, soit au Sud.
Les personnages peuplant cette histoires sont hauts en couleur, certains sont sympathiques, d'autres moins, certains franchement antipathiques, mais tous sont bien décrits, avec leurs qualités et leurs travers. Par contre, j'avoue avoir eu du mal avec l'héroïne... Je ne peux pas dire qu'elle manque de courage ou de détermination, cependant, j'ai quand même trouvé qu'elle se laissait un peu balloter par les gens autour d'elle, que ce soit Constance, Mrs Howard ou Thaddeus. Difficile aussi pour moi de m'attacher à elle au vu de sa manie de dire toujours ce qu'elle pense, sans songer une seule seconde qu'elle peut blesser des gens. Ce n'est pas que May est antipathique, loin de là, mais j'avoue eu souvent envie de la secouer pour la sortir de son apathie sociale.
Il n'en reste pas moins que ce roman est une très belle découverte, et un très bon moment de lecture.

#LeFleuveDeLaLiberté

#NetGalleyFrance

 

 

Lien Amazon :