Les contes et légendes du Vercors et du Pays des Quatre Montagnes (Claude Ferradou)

Il n’existe à notre connaissance dans les bibliothèques, aucun recueil ancien publié de contes propres au terroir du Vercors, avant le travail remarquable de collectage publié par le Parc Naturel Régional en 1997, et réédité depuis.

« Ce pays fermé, haut dressé sur les plaines passagères, fait de gorges, de défilés, d’escarpements abrupts, de grottes, de forêts épaisses, de rivières encaissées bouillonnantes et vertes, de déserts criblés de trous, ce pays n’a donné naissance à aucune légende  » comme le regrettait Jean Noaro dans sa « Découverte du Vercors » (1979).

Et pourtant…  » Si l’on cédait à la tentation de parler du beau en ce pays, on ferait des volumes. » ainsi que l’a écrit Stendhal dans les « Mémoires d’un touriste ».

Que faire alors pour faire vivre dans notre mémoire collective et dans celle de nos enfants qui deviendra un jour la nôtre, cette grande nef de pierre et de nature foisonnante posée sous l’océan du ciel…?

Le dessein est audacieux : il faut, comme d’autres l’ont si bien fait avant nous, retrouver ou alors réinventer de toutes pièces ce répertoire si rare, à partir des sources orales ou écrites qui restent disponibles. Tel est le projet de Claude FERRADOU membre de la Société des écrivains dauphinois, à partir de souvenirs épars des veillées d’autrefois mais aussi de vieux grimoires notariés ou de notes oubliées d’un curé sur son registre mortuaire…

Il nous présente aujourd’hui quelques-uns de ces contes et nouvelles oubliés qui sont l’âme du pays du Vercors et des Quatre montagnes et de tous ceux qui l’ont habité.

 

J'ai toujours adoré les contes et légendes, surtout lorsqu'ils concernent des endroits que je connais, comme c'est le cas avec le Vercors. Pour commencer, j'aimerais dire un mot sur le livre lui-même, qui est absolument magnifique, tant par sa couverture que par sa présentation, en passant par les illustrations qu'il contient. Autre particularité : il est découpé en quatre parties, dont l'origine nous est expliquée dans la préface, et contient quarante contes : dix pour l'Ours, dix pour le Sanglier, dix pour le Chien et dix pour l'Homme. Et comme on le constate facilement en lisant, ces séparations ont une raison d'être, puisque chacun des conteurs a des dominantes bien à lui dans les histoires qu'il partage avec nous.

Pour ma part, j'ai pris un immense plaisir à lire ces petits récits, révélateurs d'une région et des gens qui la peuplent. Si certaines d'entre elles sont datées, d'autres sont plus intemporelles. D'autres ont des échos similaires un peu partout en France, comme celles concernant les marchés passés avec le Diable (et où ce dernier a une fâcheuse tendance à se faire rouler), alors que certaines sont spécifiques à ce pays de montagne. Dans tous les cas, elles sont plaisantes, et réveille la nostalgie. La narration est vivante, fluide ; on a l'impression d'être nous aussi accoudés à ce comptoir de café où l'écrivain a recueilli le récit de tel ancien du village. Ce sont des histoires à savourer comme il se doit, à lire, relire et partager.

Un grand merci à l'auteur de les avoir collectées.

Lien d'achat vers les éditions Marivole :  les contes et légendes du Vercors et du Pays des Quatre Montagnes (Claude Ferradou)