Le sceau du diable (Peter Tremayne)

En l'an de grâce 671, sœur Fidelma enquête sur le meurtre d'une abbesse survenu lors d'un débat religieux entre délégations anglo-saxonne et irlandaise

Irlande, an de grâce 671. Une délégation anglo-saxonne arrive à Cashel pour débattre des nouvelles règles religieuses de Rome avec une délégation irlandaise. L'abbé d'Imleach conduit la délégation irlandaise, très hostile aux nouvelles règles, tandis que dans la délégation anglo-saxonne se trouve le frère cadet d'Eadulf, Egric. Le Vénérable Favorinus, un observateur désigné par Rome, est également présent. Mais le débat devient rapidement venimeux et l'abbesse Dar Oma est nommée comme médiatrice entre les deux parties. Lorsque son corps est découvert battu à mort, l'animosité est à son comble : le chef Brehon Aillín accuse le jeune Egric et le Vénérable Favorinus affirme que le meurtrier est frère Madagan, le délégué de l'abbé d'Imleach. Pour endiguer l'effusion de colère et de sang, Fidelma doit faire le jour sur cette affaire. Mais y aurait-il derrière ce meurtre quelque chose de plus sinistre que des différents religieux ? Victimes et suspects se mélangent pour construire un écheveau de mystère plus complexe et sanglant que Fidelma et Eadulf n'en ont jamais rencontré.

 

J'avoue de la déception pour ce livre, ainsi qu'un soupçon de lassitude, car cela fait plusieurs tomes d'affilée que les intrigues tournent autour de querelles religieuses, et franchement, ça commence à devenir lourd. De plus, ce qui n'arrange rien dans ce tome, ce sont les interminables descriptions de liens de parenté ; là aussi, le texte s'alourdit, on perd le fil, bref, du coup, je n'ai pas autant apprécié l'enquête que d'habitude, et j'espère que dans le prochain opus, l'auteur va se renouveler.